Author: MAISON CASTEIGT

Le Cuir Casteigt

Sensible à l’écologie ainsi qu’à la revalorisation des déchets nous avons créé le Cuir Casteigt.

Tout commence il y a quelques années, où Jean Marc Casteigt décide de trouver un moyen de recycler ses déchets. Son regard se porte sur ses peaux de saumons inexploitées et jetées directement à la poubelle. Il décide d’essayer de tanner ces peaux afin de réaliser du cuir de saumon.

Voulant travailler avec des tanneurs français mais ne voulant pas tanner ces peaux avec des produits chimiques, il se heurte très rapidement à un problème de qualité. Il décide donc d’investir plus d’argent et de s’offrir les services de consultants qui ont pour mission de sillonner la France en priorité, puis d’autres pays afin de trouver une tannerie spécialisée dans le tannage de poisson sans produits chimiques dite « free metal ».

Très vite ils se rendent compte que personne ne détient cette méthode. Ils décident donc, en association avec des ingénieurs italiens, de créer cette méthode. Après environ 2 ans de recherches, le résultat et la qualité sont enfin au rendez-vous. La méthode brevetée, le Cuir Casteigt est né. Des maquettes de casquettes, chaussures, ceintures et autres ont d’ores et déjà vu le jour

Jean-Marc, secondé par Rémy Lenoy ingénieur textile, peut maintenant se lancer dans la commercialisation de ce « cuir écolo ».

La quotidienne de France 5 parle du Cuir Casteigt

Suite au brevetage de notre méthode de tannage du cuir de saumon sans produits chimique, nous avons effectué des prototypes de casquettes en partenariat avec Crambes (Cf l’article de la dépêche du midi plus bas). Trouvant l’innovation intéressante, la quotidienne de France 5 a décidé d’en parler lors de son émission sur le saumon.

Casquette en peau de saumon : une aventure prometteuse

Spécialisé dans la transformation du saumon de Norvège et d’Ecosse, Jean-Marc Casteigt gère une petite entreprise familiale avec son fils, sa fille et son gendre à Pau dans les Pyrénées-Atlantiques. Après avoir déposé un brevet sur le fumage du saumon au bois de chêne, il a été le premier à être désigné maître artisan saurisseur de France. Mais, depuis 25 ans, une idée lui trottait dans la tête, celle de réutiliser la peau des saumons, jusqu’ici vouée à la poubelle. Une première expérience de tannage de la peau à base de produits chimiques ne lui convient pas.

Après deux années de recherche et 88 000 € investis, avec Rémi Lenoy un ingénieur textile, ils parviennent enfin à mettre au point une méthode de tannage végétale entièrement écologique, dite free-métal, notamment sans chrome. Le brevet est déposé et une nouvelle aventure commerciale peut commencer. Parmi les débouchés envisagés, Jean-Marc pense à la casquette et prend naturellement contact avec Thierry Fresquet, le PDG des établissements Crambes à Caussade afin d’élaborer un premier modèle de couvre-chef.

La semaine dernière, quatre peaux de saumon minutieusement sélectionnées ont donc suivi toutes les étapes du processus de fabrication de la chapellerie pour être thermocollées, découpées, cousues, pour un résultat intéressant qui laisse entrevoir de réelles perspectives de développement. Cependant, la casquette restera dans la gamme des produits de luxe, secteur sur lequel les établissements Crambes sont justement bien positionnés.

Thierry Fresquet compare d’ailleurs la peau de saumon à celle du python qui était utilisée dans l’habillement ou la maroquinerie. On retrouve d’ailleurs la peau de saumon tannée dans la fabrication de sacs à main, chaussures, maroquinerie, sandales, bracelets. Reste maintenant à peaufiner la fabrication de cette casquette et à séduire de grands noms de la mode pour qu’ils s’intéressent à ce nouveau segment de marché qui préserve l’environnement et fait la promotion de l’élégance à la française.

Internet : http ://www.maisoncasteigt.com/ et http ://www.crambes-hats.com/

 

Credits: article de la dépeche.fr Publié le 

1 2